“Saisir de nouvelles idées et de l’ingéniosité. Faire de notre mieux aujourd’hui et demain.”

Blogue

Une reduction massive de la taxe devra bientot être exercée sur le Gaz Naturel Liquéfié (GNL) en Colombie-Britannique

L’industrie GNL en Colombie-Britannique est toujours dans ses étapes naissantes et en octobre, l’administration locale de la province dévoilera de nouvelles règles fiscales pour cela. Actuellement, un certain nombre de partisans du GNL évoluent toujours vers l’approbation des projets massifs de GNL, intérêt qu’ils ont montré de manière significative, et les lois fiscales arrivent à un moment opportun.

Dans le paysage concurrentiel global actuel, des pays comme le Qatar, l’Australie, le Nigeria et les États-Unis sont très loin devant dans la course au GNL. La demande mondiale de GNL est sur une tendance à la hausse et les fournisseurs étrangers sont très enthousiastes à l’idée d’exporter le Gaz naturel liquéfié, particulièrement en Asie. L’administration locale est confiante car l’impôt sur le revenu qui doit être saisi sur le GNL sera au même niveau que celui qui est imposé par les autres juridictions.

La création d’emploi

Aujourd’hui, toutes les pièces du puzzle du GNL de C-B se metttent parfaitement en place et les terminaux d’exportation aussi bien que les pipelines sont en bonne voie, a indiqué le Ministre du Développement de Gaz naturel de C-B, M. Coleman. La proposition fiscale stipule qu’un taux fiscal d’un niveau de 7 % sera saisi sur le revenu net, dès que les coûts d’investissement pour la construction des terminaux ont été récupérés. M. Coleman a aussi déclaré que le gouvernement rationalise toujours tous les détails de l’impôt fiscal.

Vers la fin d’octobre, le gouvernement de la C-B commencera une série de sept réunions communautaires. L’objectif de ces réunions est expressément la promotion du secteur du GNL dans la province. Il prévoit qu’avec la construction de cinq usines de GNL dans la région, environ 58 700 emplois dans la construction, aussi bien directs qu’indirects, seront créés. Les opérations d’usine de GNL finiront par créer 23 800 emplois supplémentaires.

Qu’est-ce qu’il y a à l’horizon?

Les experts de l’industrie ont averti que le gouvernement de Colombie-Britannique n’a pas encore convaincu les Premières Nations. Quelques parties intéressées ont investi très lourdement dans le travail de préparation, mais des 17 propositions de GNL différentes qui ont été annoncées, seulement 3-4 semblent prometteuses en termes de réalisation.

M. Coleman de son côté a généreusement offert son soutien en faisant pression en faveur d’un certain allègement fiscal par l’Alliance des Promoteurs du GNL de Colombie-Britannique – il représente quatre projets à grande échelle. Il n’y a aucun doute du fait que si tout se déroule comme prévu, ces projets de GNL annonceront une ère d’opportunités et la rentabilité pour cette belle province.